L'event a été lancé ici

Partagez|

Tahar Jihan ~ En cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

MessageSujet: Tahar Jihan ~ En cours Dim 24 Jan - 6:20

Tahar Jihan
Scénario • Réfugié • feat. Jason Momoa

Je suis né(e) le 12 Octobre 2014 à Bombay, ce qui me fait donc 31 ans. Je vis dans le camp des réfugiés, je suis célibataire, je suis sikh et je m'intéresse aux idées des fordistes bien que je reste neutre pour le moment. À Abalessa je suis pêcheur et on me connait aussi en tant que Dasa. Je parle indien, somalien, bédouin, anglais, arabe

@gentle heart
Informations
Quelles sont vos qualités? Tahar est un homme doté d'une incroyable capacité d'adaptation. Sa condition d'esclave et les longs voyages qu'il a fait au cours des dernières années lui auront au moins appris à être résistant et débrouillard. Dernier représentant masculin de sa famille, il se révèle un grand frère protecteur et un homme courageux qui n'hésitera jamais à donner de sa personne pour le bien de sa sœur. Il a aussi hérité de son père un sens aiguë de la justice qui a malheureusement été mis à mal par les épreuves qu'il a subi.
Et vos défauts? En revanche, son mode de vie difficile et ce sens de la justice ont aussi eu tendance à le rendre particulièrement rancunier, lui qui était déjà connu pour sa franchise mal associée à un manque de tact et de douceur.  Autant dire qu'il vaut mieux se tenir éloigné de Tahar lorsqu'il est dans un mauvais jour ! D'un naturel secret et taciturne, n'espérez pas non plus l'entendre faire de grands discours, à peine l'entendons-nous râler de temps en temps...
Un signe particulier? Stigmates de ses années en tant qu'esclave, l'homme a le dos couvert de cicatrices plutôt impressionnantes.

Ancien ou Nouveau Monde? Ancien, sans hésitation. Tout n'était pas parfait, mais la vie restait relativement plus simple pour Tahar qui a du essuyer bien des souffrances depuis que les choses ont changé, à commencer par la perte de la quasi totalité des membres de sa famille.
Un objet de l'Ancien monde qui vous manque? Un rasoir ! Oui, ça peut sembler étrange et peut-être même un peu inutile, mais Tahar n'a plus eu la chance de montrer un visage lisse et dégagé depuis bien longtemps et c'est une chose à laquelle il apprécierait de remédier ne serait-ce qu'une fois. Il se débroussaille parfois avec une lame bien aiguisée, mais ça n'est certainement pas aussi confortable que ce qu'on faisait autrefois...
Que préférez-vous dans le Nouveau Monde? L'éventail des possibilités. Si Tahar est plutôt opposé à de nombreuses choses dans ce nouveau monde, il essaye de rester positif et se dit que c'est aussi une nouvelle chance pour l'humanité de recommencer sur de bonnes bases, en tirant des leçons du passé et en tâchant de s'améliorer. Malheureusement, il semblerait que le Nouveau Monde ne suive pas vraiment sa vision...

Si vous pouviez changer une loi d'Abalessa? Probablement celle qui décrète que seules les femmes des Grandes Familles sont éligibles au poste d'Antinéa. Pour lui, un dirigeant devrait représenter le peuple dans son intégralité et cette règle est totalement incompatible avec sa vision d'un bon dirigeant.
Quelle serait la prochaine modification majeure à apporter à la cité? Pour la cité en elle-même, il aurait bien du mal à proposer quelque chose de vraiment efficace puisque ce n'est pas un lieu qu'il fréquente réellement. Cependant, il ne serait pas contre une meilleure organisation et une plus grande stabilité dans les installations du camp de réfugiés. Peut-être abandonner peu à peu les tentes pour des habitations plus solides, capables d'accueillir les nouveaux venus et les plus anciens le temps que leur entrée dans la cité soit autorisée. Et renforcer la sécurité, aussi. Car même s'il se sent largement capable de se défendre, il ne peut s'empêcher de ressentir constamment une certaine crainte de subir une attaque, ce qui réduit grandement la qualité de son sommeil...
Qui devrait être la prochaine Antinea? S'il avait vraiment son mot à dire pour cette décision, il choisirait sans hésiter Samra, sa sœur. Il est persuadé qu'elle serait capable d'inspirer le respect et qu'elle ferait preuve de justice et de compassion lorsque cela serait nécessaire. De plus, il considère qu'un rôle aussi important devrait être attribué à quelqu'un qui, comme Samra, peut comprendre les gens au bas de l'échelle. Mais hélas, la jeune femme ne correspond pas vraiment aux critères de sélection, n'étant pas native de l'une de ces Grandes Familles que les citoyens respectent tant.

Quel est votre endroit préféré sur les Terres d'Abalessa et pourquoi? N'ayant pas vraiment accès à la cité et à ses plus belles parties, Tahar aura tendance à se contenter de la plage qui borde le campement des réfugiés. L'eau l'apaise et au moins ici, il ne subit pas la présence des autres habitants qui ont tendance à se retrouver plutôt sur l'île.  
Et celui que vous évitez le plus possible? New Vegas. L'opulence de vices le rebute un peu et malgré les apparences, Tahar est doté d'un sens moral assez aiguisé qui ne saurait s'adapter aux mœurs douteuses de ce quartier. S'il peut comprendre l'utilité et même le bien qu'un tel endroit peut avoir sur la population, il préfère ne pas y prendre part. Hélas, c'est l'un des seuls endroits où il est autorisé à se rendre alors il lui arrive parfois d'y mettre quand même les pieds.
Votre journée type? Tahar se lève toujours très tôt, parfois même avant le Soleil lui-même. Il aime avoir un peu de temps tranquille au réveil et profiter un peu du calme tandis que le reste du monde est encore plongé dans le sommeil, restant allongé sous sa tente dans le silence pendant de longues minutes. Ensuite, quand le reste du camp s'éveille, il se mêle à la foule et mène la vie normale d'un réfugié comme les autres. Après la visite matinale de sa sœur, il se consacre à son activité de pêcheur jusqu'à ce que midi sonne. L'après-midi, il aide à la vie du camp en mettant à disposition sa force et ses quelques compétences manuelles pour aménager, nettoyer, réparer ce qui doit l'être. Les soirées sont bien souvent consacrées à son entraînement physique, désireux qu'il est de rester alerte et en forme. Et c'est souvent épuisé qu'il clôt une autre longue journée par un sommeil pourtant tendu, trop habitué à ne jamais dormir sur ses deux oreilles.

Je m'appelle Lily, aussi connue sous le nom de Rainbow D.Ashe et j'ai 22 ans. J'ai connu Abalessa via PRD et ça a l'air fort intéressant. Je pense que je serais là au moins cinq jours par semaine et je crois que ce sera tout pour le moment :p



Dernière édition par Tahar Jihan le Dim 24 Jan - 12:27, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Dim 24 Jan - 6:20

Passé, présent et futur...

“The best way to find yourself is to lose yourself in the service of others.”
― Mahatma Gandhi

Tahar Jihan est né dans un autre monde, dans une autre vie. Du moins, c'est l'impression qu'il a parfois quand il se surprend à laisser vagabonder ses pensées sur le passé, chose qu'il s'évertue pourtant à éviter. Le 12 Octobre 2014 n'est pourtant pas si éloigné, quand on y pense... Trente et une années en arrière, quand tout était encore différent. Quand ce petit garçon fit le bonheur de ses parents pour la deuxième fois -mais pas la dernière puisque son frère aîné et lui furent rapidement rejoins par trois autres enfants.

Grandir à Bombay, l'une des villes les plus peuplées de l'Inde, fit de Tahar un enfant plutôt commun : comme tous les jeunes garçons, il aimait faire des bêtises, chahuter avec ses frères et s'amuser tout simplement sans vraiment s'inquiéter de l'avenir, ce qu'on aurait difficilement pu lui reprocher. Il ne fut jamais vraiment un intellectuel, contrairement à son frère aîné et sa petite sœur, le garçon passait plutôt pour le manuel, celui qui aimait expérimenter et fabriquer, sortir et explorer plutôt que de se plonger dans les livres et les études. Et malgré la grande famille dont il faisait partie, malgré les conditions de vie parfois difficiles auxquelles était confrontée la population de ce pays, Tahar n'avait pas à se plaindre. D'ailleurs, il ne le faisait jamais ou presque.


Il grandit au sein d'une famille très unie, avec un père parfois dur mais toujours juste qui encourageait ses enfants à se dépasser et à toujours chercher à en apprendre plus, bien décidé à ce que sa progéniture le rende fier et une mère au courage infini. Les parents ne cachèrent jamais à leurs enfants l'histoire de leur famille, les difficultés qu'ils avaient eux-même traversés et dès qu'il fut en âge de comprendre, Tahar vit naître en lui un étrange mélange de profonde admiration pour sa mère, cette femme vaillante qui avait passé la plus grande partie de sa vie persécutée par les autres, et le dégoût et la révolte contre la situation horrible à laquelle cette femme avait été confrontée. Bercé par les souvenirs d'une vie de mépris, il comprenait mal le recul dont sa mère faisait preuve sur ces histoires, la sérénité et l'absence de colère qu'elle leur montrait toujours. Lui était en colère, très en colère et incroyablement frustré de ne pas pouvoir y faire grand chose, finalement...

Alors avec le peu de moyens dont il disposait l'adolescent qu'était devenu Tahar montra sa désapprobation en s'éloignant du culte hindouiste répandu dans son pays, celui qu'il s'était finalement mis à mépriser pour avoir mis en place ce système de castes qui avait fait tant de peine à la femme qu'il aimait le plus au monde. Et il chercha la vérité ailleurs, se tournant vers une religion différente, plus humaine, plus en accord avec la personne qu'il voulait être et le monde auquel il croyait. Avec sa petite sœur, il fréquenta très tôt le temple Sikh et trouva dans ce culte tout ce qu'il cherchait : le respect, la moralité, un sens à sa vie, tout simplement. Il n'alla pas jusqu'à en faire toute sa vie, mais le culte Sikh eut dès lors une grande importance pour le jeune homme et cela l'aida bien souvent à tenir le coup par la suite.

Particulièrement d'ailleurs, lorsqu'en 2026, le monde de Tahar -et celui de bien d'autres personnes- fut profondément chamboulé. Quand il découvrit le visage baigné de larmes de sa mère et la présentatrice du journal, sur l'écran de la télévision qui annonçait d'une voix tremblante d'émotion la catastrophe s'étant produite à des kilomètres de là. Le jeune homme alors âgé de 12 ans a besoin de plusieurs minutes pour comprendre la portée exacte de ces paroles. Mais rapidement, il fait le rapprochement entre la tristesse et la panique qui règne dans le salon et cette catastrophe dont il ne saisit pas encore toute l'ampleur. Son frère Sanjit était parti aux Etats-Unis pour poursuivre ses études. Là-bas, où c'était produit le désastre et il semblait évident que personne encore n'avait réussi à le joindre. Tahar ne cacha pas sa peine, comme le reste de sa famille. Mais ils reprirent tous leurs esprits quand vint le moment d'apporter de l'aide aux sinistrés qui venaient trouver refuge en Inde. S'ils n'avaient rien pu faire pour Sanjit, ça ne signifiait pas qu'ils ne devaient rien faire pour ceux encore en vie. Tahar n'était encore qu'un jeune garçon et il eut du mal à accepter cette disparition mais il n'explosa pas et se contenta de supplier son Dieu de garder le reste de sa famille en sécurité, car sans Sanjit, il était désormais l'aîné et pour lui, ça avait une très grande importance. Il était bien décidé à prendre ses responsabilités.

Malheureusement, le destin semblait bien décidé à alourdir les peines de la famille Jihan et les peines de toutes les familles du monde avec elle. Les tremblements de terre, les éruptions volcaniques, la mort, le désastre s'abattaient sur la totalité de la planète, ne faisant aucune distinction parmi les victimes. La vague géante frappa Bombay de plein fouet, emportant tout sur son passage. Les Jihan aussi. Personne n'eut le temps de réagir vraiment, ils furent tous portés par les flots, séparés, abandonnés. On ne revit pas la mère ni deux des enfants pendant plusieurs jours. Tahar, ayant miraculeusement échappé au pire, retrouva rapidement son père et son frère Pavaan, mais sa mère ainsi que Raj et Samra restèrent introuvables pendant plusieurs jours. Tahar se réfugia encore plus dans la prière et trois jours après la catastrophe, on lui rendit sa sœur saine et sauve. Mais il ne revit jamais sa mère et son frère. En seulement quelques mois, il avait perdu trois membres de sa famille...

Tout à coup, l'enfant disparut. Il n'avait plus sa place dans un mode pareil. Tahar devait s'occuper des siens, les aider du mieux possible, être fort pour les deux jeunes enfants qui ne comprenaient plus rien et pour leur père. Les préoccupations que l'adolescent avaient eu par le passé semblèrent bien dérisoires et il oublia sa rancœur envers la société pour prendre soin de ses cadets, veiller sur eux, autant qu'il le pouvait du haut de ses douze ans.

L'année suivante, alors que la situation semblait plus que désespérée, un sursaut d'espoir s'empara du garçon. Son père avait travaillé longtemps avec d'autres survivants pour tenter de sauver le peu qu'il restait. Et bientôt, il fut capable d'annoncer à ses enfants qu'il avait trouvé une solution, un endroit où fuir, où se retrouver sains et saufs. Tahar remercia les Dieux. Il offrit une confiance aveugle à son père pour régler le problème. Pendant un court moment, il se reprit même à espérer que tout reviendrait à la normale. Mais quelques heures avant le départ du bateau qui devait leur sauver la vie à tous, le père annonça à son aîné qu'il ne viendrait pas avec eux. Que c'était à lui, maintenant, de s'occuper de son frère et de sa sœur. Qu'il devait les protéger et tout faire pour qu'ils s'en sortent tous les trois. Tahar ne comprit pas vraiment les raisons qui forcèrent son père a resté en Inde. Tandis que le patriarche lui donnait ses raisons, le jeune homme n'entendait plus rien, le sang battant à ses oreilles, les poings serrés si fort que ses ongles s'enfonçaient dans sa chair, son cœur se brisant une nouvelle fois en comprenant qu'il perdrait encore un être cher.

Tahar ne dit rien aux deux autres. Ils embarquèrent, l'adolescent serra fort contre lui les deux enfants pour prévenir toute tentative de courir vers leur père resté à quai, tandis que le bateau s'éloignait. La traversée fut longue, particulièrement parce que Samra tomba malade et que son frère ne savait tout simplement pas quoi faire, à part rester prêt d'elle et lui tenir la main en attendant qu'elle se sente un peu mieux, priant silencieusement pour qu'on ne lui prenne pas en plus sa sœur.

Après cette longue traversée qui dura des semaines, l'équipage toucha enfin terre et un immense soulagement gagna Tahar. Il avait réussi à traverser la mer sans perdre personne. Il avait bien conscience que leur vie ne deviendrait pas soudainement plus simple, mais il avait tout de même l'impression d'avoir accompli une tâche de la plus haute importance et c'est avec une certaine insouciance que le petit groupe continua son chemin, à pieds cette fois.

Mais la légèreté quitta de nouveau Tahar lorsqu'ils rencontrèrent les premiers somaliens. Tout alla très vite, trop vite pour le jeune homme qui se laissa surprendre. Des hommes armés avaient surgis et très vite, les exilés se retrouvèrent encerclés et barricadés. On les ignora un moment, plusieurs jours qui semblèrent une éternité de plus à l'adolescent. Là encore, il n'avait aucune idée de ce qu'il pouvait faire. Malgré ses efforts pour trouver un moyen de fuir, il n'y avait rien et ils restèrent enfermés jusqu'à ce que les agresseurs reviennent pour emporter avec eux un groupe de jeunes hommes. Bien sûr, Tahar était l'un d'entre eux. Il commençait à perdre ses traits d'enfant pour devenir peu à peu un homme, apte au travail. Et travailler, c'est ce qu'on lui demanda de faire quand les somaliens l'emmenèrent passer une journée dans leur village. Ou plutôt, ordonna, car Tahar comprit très vite qu'il avait plutôt intérêt à capituler s'il ne voulait pas qu'on fasse plus que simplement pointer une arme sur lui. Certains des jeunes qui l'accompagnaient furent emmenés par  un autre groupe et Tahar réalisa en observant la scène qu'on venait de les vendre. Lui, il eut la « chance » d'être ramené avec les siens à la fin de la journée, épuisé et choqué, mais surtout de plus en plus décidé à sortir d'ici, quoi que cela lui en coûte.

Pendant de très longs mois, ce petit manège dura. Chaque matin, un groupe de somaliens venaient pour emmener avec eux leur petite sélection de garçons pour aller travailler au village, ou être échangés à d'autres peuples. Rapidement, Tahar fut forcé d'apprendre quelques rudiments de la langue, puisqu'il devait obéir aux ordres pour ne pas se prendre de violents coups de fouet dans le dos. Lui qui n'avait jamais été très scolaire fit montre d'un vrai talent pour apprendre le langage de ses tortionnaires. Et puis, vint le tour des filles, celles en âge de servir aux hommes du village, surtout. Heureusement, Samra n'en était pas encore là, bien qu'on lui confia d'autres travaux. Tahar brûlait de se révolter ou de fuir, mais les somaliens se débrouillèrent pour leur faire comprendre à tous que c'était une très mauvaise idée. Ils n'hésitèrent jamais à se débarrasser d'un trouble-fait ou d'un fuyard, exposant leurs corps morts aux yeux des autres esclaves pour leur faire comprendre les risques. Alors, le jeune homme se contentait de serrer les poings et de se mordre les joues. Mais il ne pouvait se permettre d'aller plus loin, il devait rester ici pour être auprès de son frère et de sa sœur et pouvoir veilleur sur eux, surtout dans cet enfer. Pour cela, il endura tout, en montrant de moins en moins de signe de faiblesse : les châtiments corporels quand il avait le malheur de ne pas avancer assez vite ou de lancer un regard empli de haine à l'un des maîtres, la faim qu'il s'imposait pour ne pas être assez fort pour être vendu, le silence, le travail. C'était horrible et cela le changea profondément. Lui qui avait toujours été un garçon ouvert, joyeux, bien que les dernières années l'avaient forcé à grandir prématurément, se transforma dès lors en un homme fermé, silencieux. Il se referma sur lui-même, allant jusqu'à refuser de se rapprocher des autres esclaves. Il ne portait son attention que sur Pavaan et Samra, ne tenait le coup que pour eux, ne restait en vie que pour eux. Et chaque soir, quand la nuit les enveloppait, il s'éloignait pour s’entraîner à se battre, autant pour canaliser sa haine que pour s'assurer qu'un jour, il pourrait rendre coup sur coup à ses maîtres.

Et puis un jour, une partie du groupe fut emmené, mais pas pour travailler. Parqués dans des camionnettes, les uns sur les autres, ils roulèrent un bon moment avant d'arriver à destination. Personne ne savait ce qui se passait, mais quand on fit descendre les esclaves pour les aligner tous les uns à côté des autres, Tahar et sans doute d'autres dans le rang, comprit ce qui allait se passer. Le peuple avec qui les somaliens négociaient observèrent les esclaves sous toutes les coutures, sans se gêner. La négociation se passa plutôt rapidement et les esclaves changèrent de maîtres, rejoignant les bédouins tandis que les somaliens repartaient avec des vivres dans leurs camionnettes.

Si les mois d'esclavage en Somalie avaient été difficiles, ce n'était rien à côté du service aux bédouins. Ils étaient bien plus cruels que leurs prédécesseurs, ne retenant pas leurs coups et privant les esclaves d'eau ou de nourriture au moindre mécontentement. Les tâches demandées bien plus ingrates et dégradantes. Et traverser le désert dans ces conditions fut affreusement difficile. Les pertes parmi les esclaves se firent nombreuses et l'une d'elle fut Pavaan... Sur ce coup, Tahar eut bien du mal à retenir sa colère et il s'opposa brièvement à l'un des bédouins qui était en grande partie responsable de ce décès. Il fut battu et il lui fallut plusieurs jours pour s'en remettre tout à fait, mais il ne broncha pas une seule seconde pendant qu'on le punissait. On ne lui accorda pas une seule seconde de repos suite à cela et il rentra de nouveaux dans les rangs.

Jusqu'au jour fatidique où ce fut le tour de Samra d'être battue. Il ne lui restait plus qu'elle et il était hors de question de la perdre aussi, et encore moins à cause de l'un de ces monstres. Tahar réagit au quart de tour, il ne prit pas le temps de la réflexion, ce qui lui causa bien plus de tort qu'il se l'imaginait. Sautant sur l'homme qui s'était attaqué à sœur, il le couvrit de coups de poings au visage jusqu'à ce qu'on parvienne à l'arrêter. Du haut de ses vingt ans, Tahar n'était plus un enfant et il n'en avait plus l'air ni la faiblesse. Sans compter que les tâches exigées par ses maîtres et la marche constante au cours des six dernières années avaient transformé son corps chétif en silhouette élancée aux bras musclés. L'homme ayant battu Samra s'en retrouverait probablement défiguré. Mais le jeune homme n'eut jamais l'occasion de le savoir, car tous les autres se retournèrent contre lui et malgré ses efforts, il ne fit pas le poids. On se défoula sur lui jusqu'à ce qu'il ne parvienne plus du tout à bouger, à ouvrir les yeux ou la bouche.


{A Suivre}



Dernière édition par Tahar Jihan le Mar 26 Jan - 4:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : George Blagden

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Dim 24 Jan - 6:56

Officiellement bienvenue happy

Jme répète, hésite pas si t'as besoin d'un coup de main ou d'un détail, et bon courage pour ta fiche

_________________

There are promises broken and promises kept

I wonder if the snow loves the trees and fields, that it kisses them so gently? And then it covers them up snug, you know, with a white quilt; and perhaps it says "Go to sleep, darlings, till the summer comes again."

Revenir en haut Aller en bas
http://abalessa.forumactif.org/t32-aaron-lindell-conceal-don-t-f

Invité

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Dim 24 Jan - 10:16

Merci beaucoup hug01
Pour l'instant j'ai l'impression de m'en sortir, mais je n'hésiterais pas à venir t'embêter si ça change :p
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : Freida Pinto

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Dim 24 Jan - 10:51

happy hug01 need jump kiss02 hide

Mon frèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèère

Je me suis régalée avec ce début de fiche même si je me suis dit que Sam allait avoir des problèmes en lisant

Citation :
Tahar est doté d'un sens moral assez aiguisé qui ne saurait s'adapter aux mœurs douteuses de ce quartier

lalalala... hide

_________________
Life's for the living so live it
Revenir en haut Aller en bas
http://abalessa.forumactif.org/t94-samra-jihan-c-est-dans-le-sil

Invité

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Dim 24 Jan - 10:53

<3 <3 <3 <3

Ouiii, j'ai eu une petite conversation avec Aaron ce matin, je crois qu'on va avoir des mots, ma petite èé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : Freida Pinto

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Dim 24 Jan - 11:05

Il m'a balancée le sale traitre ><

*non je ne flood pas*

_________________
Life's for the living so live it
Revenir en haut Aller en bas
http://abalessa.forumactif.org/t94-samra-jihan-c-est-dans-le-sil

Invité

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Dim 24 Jan - 12:40

Welcome bô gosse Smile
On a un tout petit lien, je suis l'enquiquineuse qui t'a ordonné de ne pas bouger après que tu te sois foulé une cheville Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : Ben Barnes

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Dim 24 Jan - 14:09

Bienvenue à toi! hey
Bon courage avec ta fiche (et ta soeur).
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Dim 24 Jan - 17:44

@Agnès : Merci ** Et il faudra m'en dire plus sur cette affaire ! Je veux savoir tout ce que vous m'avez fait subir quand je ne pouvais pas me défendre éè

@Arthur : Merci à toi aussi =D Je crois que je vais réussir à gérer ma soeurette, je vais vous la remettre dans le droit chemin, vous allez voir !

Sinon, j'ai posté une première partie de mon histoire, n'hésitez pas à me dire si quelque chose ne va pas ! (Surtout Sam j'imagine Razz) please
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : George Blagden

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Lun 1 Fév - 19:51

Hey! Pour le moment ce que t'as posté est pas mal du tout, need la suite omg

Hésite pas si t'as besoin d'un délai pour finir ^^

_________________

There are promises broken and promises kept

I wonder if the snow loves the trees and fields, that it kisses them so gently? And then it covers them up snug, you know, with a white quilt; and perhaps it says "Go to sleep, darlings, till the summer comes again."

Revenir en haut Aller en bas
http://abalessa.forumactif.org/t32-aaron-lindell-conceal-don-t-f

Invité

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Lun 1 Fév - 23:47

Je pense que j'vais avoir besoin d'un délais en effet T_T
Je ne vous avais pas oublié hein, c'est promis, j'ai juste eu beaucoup de boulot ! Et en plus j'écris trop dans mon histoire je crois xD
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : George Blagden

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Mar 2 Fév - 0:04

L'est très bien ton histoire, et aux dernières nouvelles Sam était fan ^^

Une bonne grosse semaine, et dimanche prochain tu nous tiens au courant de l'avancée?

_________________

There are promises broken and promises kept

I wonder if the snow loves the trees and fields, that it kisses them so gently? And then it covers them up snug, you know, with a white quilt; and perhaps it says "Go to sleep, darlings, till the summer comes again."

Revenir en haut Aller en bas
http://abalessa.forumactif.org/t32-aaron-lindell-conceal-don-t-f

Invité

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Mar 2 Fév - 0:12

Ca me va ! En fait il me reste que la partie où je suis tout seul Laughing Mais j'arrive pas à me décider
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Avatar : Freida Pinto

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Mar 2 Fév - 7:14

Si jamais tu as besoin, ma boite à mp est toujours ouverte hug01

_________________
Life's for the living so live it
Revenir en haut Aller en bas
http://abalessa.forumactif.org/t94-samra-jihan-c-est-dans-le-sil
avatar

Avatar : George Blagden

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Lun 8 Fév - 7:09

Je viens aux nouvelles Mr Jihan! hey

_________________

There are promises broken and promises kept

I wonder if the snow loves the trees and fields, that it kisses them so gently? And then it covers them up snug, you know, with a white quilt; and perhaps it says "Go to sleep, darlings, till the summer comes again."

Revenir en haut Aller en bas
http://abalessa.forumactif.org/t32-aaron-lindell-conceal-don-t-f
avatar

Avatar : George Blagden

MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours Mer 10 Fév - 19:57

Bon...

Ben j'archive, si tu veux reprendre ta fiche envoie-moi un mp ou passe sur la cb

_________________

There are promises broken and promises kept

I wonder if the snow loves the trees and fields, that it kisses them so gently? And then it covers them up snug, you know, with a white quilt; and perhaps it says "Go to sleep, darlings, till the summer comes again."

Revenir en haut Aller en bas
http://abalessa.forumactif.org/t32-aaron-lindell-conceal-don-t-f
MessageSujet: Re: Tahar Jihan ~ En cours

Revenir en haut Aller en bas
Tahar Jihan ~ En cours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Abalessa :: Bureau d'État Civil :: Recensement :: Fiches d'Identification :: Fiches Refusées-